25 septembre 2015 - bizimana

Le projet qui ruine

Dans notre culture, avoir une maison d’habitation, un chez soi, est considéré comme une réussite. Ce qui peut être le cas dans beaucoup de communautés. La population rurale possède des propriétés léguées par les parents, voire des terrains. Dans ses biens, ils construisent des maisons et cultivent différents produits vivriers pour subvenir à leurs besoins.

En revanche, les gens instruits qui vivent loin des terres de leurs parents sont obligés de prendre une location près de leur lieu de travail. Ces dernières cherchent à construire des maisons d’habitation pour héberger leur famille. Sachant que les revenus des fonctionnaires sont insuffisants, il leur semble impossible de réaliser leurs rêves au moment voulu.

Afin de réussir ce projet, ils demandent des crédits bancaires. Cette situation a des conséquences sur la qualité de vie, car le budget des besoins fondamentaux est revu à la baisse.  Ainsi, l’éducation des enfants en pâtit. Ils sont contraints de fréquenter des écoles de moindre qualité, ce qui aura des conséquences sur leur vie professionnelle future.

Pour ce qui est de la nourriture,  les familles prennent une ration alimentaire insuffisante alors que les adultes sont obligés de travailler dur pour avoir un revenu permettant la prise en charge des membres de la famille. Leur santé et surtout celle des enfants est affectée par ce désir de propriété.

Quand on veut satisfaire certains besoins familiaux, les dettes s’accroissent de gauche à droite et peuvent influer dans les relations avec l’entourage, car l’endetté est obligé parfois de ne pas honorer ses engagements à ses créanciers.

Hantés par ces questions de gestion budgétaire certains se lancent dans la corruption. Et la corruption devient une forme de survie même quand on occupe de petits postes.

Culture alimentation / crédit / education / maison /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *